Les Séances

L’Ordre académique de Saint-Michel organise son fonctionnement par année académique, et plus précisément selon l’année académique de l’Université catholique de Louvain (Codex, art. 26). En outre, la vie de l’Ordre est rythmée par plusieurs séances. Chaque année doivent avoir lieu au moins six séances ordinaires, cœur de la vie de l’Ordre (Codex, art. 28):

  • La première séance de l’année, qui peut, sur décision du comité, se tenir avant l’ouverture de l’année académique ; on y procède à l’installation du nouveau comité (art.160) ;
  • Le Baptême (art.136) ;
  • La prise d’habit (art.141) ;
  • Le «Dies Natalis» ou fête de l’Ordre, au début de mars ;
  • L’émancipation (art.143)
  • Les élections ou séance de clôture de l’année académique

Ces six séances sont vitales pour la pérennité de l’Ordre. Elles peuvent être classées en deux catégories. Nous pouvons distinguer les séances entièrement dédiées à l’accueil et à l’intégration des tyrones des séances où l’on traite de l’avenir de l’Ordre.

L’installation du comité
Au cours de la première séance de l’année académique, le comité élu à la fin de l’année précédente est solennellement installé dans ses fonctions.
Le Dies Natalis
Il s'agit de la séance anniversaire de l’Ordre. Cette séance est traditionnellement précédée d’un Te Deum chanté en l’église de la Chapelle et d’un cortège au cours duquel hommage est rendu à Manneken Pis.
Les élections
C’est normalement la dernière séance de l’année, au cours de laquelle il est procédé au renouvellement des diverses fonctions en vue de l’année suivante.

L’intégration des tyrones passe par trois séances importantes :

Le Baptême
Lors de cette séance ont lieu les épreuves physiques et intellectuelles du baptême des candidats, à l’issue de laquelle ils accèdent à la qualité de tyro. Après avoir prêté serment, le bleu est autorisé à porter les couleurs de l’Ordre.
La prise d'habit
La séance de la prise d’habit voit le bleu renouveler le serment fait lors de son baptême afin d’être déclaré digne de porter la toge et la bierpet de l’Ordre (cfr. Décorum). C’est une nouvelle étape dans son écolage.
L'émancipation
Lors de l’avant dernière séance de l’année académique a lieu l’émancipation. Cette séance a pour objet l’examen à l’issue duquel les bleus sont normalement admis dans la catégorie des bachelarii, ce qui les soustrait à la tutelle du Maître des bleus. Par cette cérémonie, les tyrones deviennent réellement membres de l’Ordre et sont autorisés à rentrer ultérieurement dans la catégorie des membres-anciens à la fin de leurs études universitaires.

Bien que ces trois séances fassent office de «jalons», l’écolage du bleu est un processus évolutif. Au cours des séances, celui-ci s’imprègne chaque fois une peu plus de l’esprit de l’Ordre.

Depuis plus de 74 ans, l’Ordre académique de Saint Michel a traversé les lustres. Chaque génération a apporté sa pierre à l’édification d’une institution de référence dans le folklore estudiantin belge francophone. Chaque année, les comités se relaient pour faire perdurer la flamme. Lors de la première séance de l’année académique, le comité, élu à la fin de l’année écoulée, prend fonction. Il ne manquera pas, pendant son mandat, d’organiser, comme il se doit, la séance du Dies Natalis. Cette séance très particulière par son côté solennel et folklorique sera l’occasion pour tous les membres de célébrer une nouvelle fois l’anniversaire de la corporation. Elle comporte, entre autres, un cortège dans les rues de Bruxelles, un Te Deum en l’église de la Chapelle et une visite chez le membre le plus célèbre de l’Ordre, le ketje en personne.

A ces six séances dites "fixes" (Codex, art. 28), la pratique a ajouté une séance consacrée à un concours de chant et une séance consacrée à un concours de guindailles, portant ainsi le nombre de séances ordinaires à huit par année académique. Bien qu’aucune obligation ne l’impose, ces deux séances sont tenues dans la première partie de l’année. Il est à noter que, depuis peu, le banquet de l’Ordre très Ancien et très Noble du Roy Arthus est couplé au concours de guindailles. Conformément à l’article 32 du Codex, les femmes ne sont pas admises aux séances ordinaires.

Toutes ces séances ou assemblées de l’Ordre sont régies par un protocole très précis ne laissant que peu de place à l’improvisation. Un chapitre entier du Codex est, par ailleurs, totalement consacré au déroulement de celles-ci.

Enfin, il arrive à l’Ordre académique de Saint-Michel d’organiser d’autres activités, qualifiées d’activités extraordinaires. La nature de ces activités est peu évoquée par le Codex, qui ne vise explicitement que les "fêtes, kermesses et repas" (Codex, art. 27, 3°). Cette liste n’est pas exhaustive, et toute activité peut être envisagée pour autant que l’esprit de l’Ordre soit scrupuleusement respecté. L’activité extraordinaire la plus stable est actuellement le banquet annuel, dit banquet de l’Archange. Dans le passé, bals, raouts, soupers divers et thés dansants ont également été organisés. Lors des activités extraordinaires, la présence de femmes peut être admise et l’on peut déroger à l’article 98 (processus de la méthode des séances).